République Tunisienne
République Tunisienne
Ministère des Affaires Locales
et de l'Environnement
Numéro vert : 80100304

Présentation

Présentation des missions de la Direction du Suivi des Milieux Environnementaux

L’ANPE, par le biais de sa Direction du suivi des milieux, a développé depuis le milieu des années 90 des réseaux de surveillance de la qualité de l’air (actuellement RNSQA) et de la qualité des eaux (actuellement COPEAU) et plus récemment a démarré des activités de surveillance des sols contaminés.

L’objectif de ces réseaux est de disposer d’informations (issues de mesures directes, d’outils de modélisation, d’inventaires, etc…) permettant de comprendre l’état des milieux à un instant donné, de suivre et/ou prédire leur évolution et de servir de support en tant que système d’alerte à la pollution (pour la Direction contrôle de l’ANPE,…) mais aussi d’outils d’aides à la prise de décision aussi bien au niveau interne à l’ANPE (outils pour l’évaluation des EIE et le suivi d’impacts de projets, gestion d’accidents naturels ou autres, ..) ainsi qu’au niveau de la tutelle ou des autres départements sectoriels dans le cadre de politiques environnementales et de développement durable. Ce sont aussi des outils d’information du public au sens plus large sur l’état de l’environnement dans lequel il vit.

1- Réseau national de Surveillance de la Qualité de l’Air – RNSQA :

La loi 2007-34 relative à la qualité de l’air a confié à l’ANPE la mission capitale de surveillance de la qualité de l’air et de la pollution atmosphérique, et notamment la création et la mise en œuvre d'un réseau national de surveillance de la qualité de l'air.

Le RNSQA est actuellement constitué d’un réseau composé de 17 stations équipées d’appareils de mesure des principaux polluants atmosphériques et de 15 stations pour le suivi de l’Ozone ainsi que, de 2 laboratoires mobiles équipés d’appareils de mesure l’un de la qualité de l’air ambiant et l’autre des émissions à la source. L’ANPE a pu bénéficier pour cela, entre autres, de deux projets de coopération bilatérale avec la France et la Corée du Sud entre 2007 et 2013 qui ont permis à l’ANPE de développer et renforcer les activités de surveillance de la qualité de l’air.

Ces différents équipements permettent, outre la surveillance de la qualité de l’air et les tendances d’évolution, l’identification de la nature de la pollution atmosphérique et les dépassements éventuels des valeurs limites pour mettre en œuvre des plans d’intervention le cas échéant. Les résultats de ce réseau sont également des sources de données pour les outils mathématiques mis en place pour la prévision et la simulation de la dispersion des polluants mais aussi pour mieux connaitre les spécificités des émissions atmosphériques des différents secteurs d’activités. A cet effet, la Direction a conçu et installé une plateforme modélisation pour la prévision et la simulation de la dispersion des polluants dans l’air, cette plateforme permet de répondre en temps réel aux éventuelles urgences environnementales ou sanitaires ainsi que de réaliser des études dans le domaine de la pollution atmosphérique

Le cadastre des émissions polluantes, inventaire spatialisé élaboré et mis à jour par la direction du suivi des milieux permet entre autres de recenser quantitativement la totalité des émissions atmosphériques des sources fixes, mobiles et surfaciques qu’elles soient anthropiques ou naturelles outre l’obtention d’indications sur la répartition et la part des émissions au niveau local et la connaissance de la part respective des différents secteurs économiques pour assister les collectivités locales dans leurs choix de développement.

La Direction est également chargée, de par la loi 2007-34 (article 4 et 5) d’élaborer en coordination avec les acteurs concernés des Plans de Conservation de la Qualité de l’Air (PCQA) pour les principales villes du pays et qui visent à réduire la concentration des polluants de l’air dans ces agglomérations et déterminer les mesures à prendre en cas de dépassement de valeurs d’alerte à la pollution.

2- Réseau national de Surveillance de la Qualité des Eaux – COPEAU :

La Direction du suivi des milieux a également développé un réseau de suivi de la qualité des eaux de surface et souterraines sur l’ensemble du territoire (COPEAU) qui a pu bénéficier entre 2007 et 2010 d’un projet financé par la Commission Européenne, dans le cadre du programme LIFE Pays Tiers qui visait à renforcer l'Agence Nationale de Protection de l'Environnement (ANPE) dans ses activités de surveillance de la qualité des eaux continentales en Tunisie. L’équipe de la Direction a établi à cet effet un réseau de points de prélèvement, de mesures et d’analyses de la qualité des eaux continentales (environ 350 points d’échantillonnage deux fois par an et environ 5000 analyses) pour lequel elle dispose de deux camions laboratoire et de véhicules équipés ainsi que de deux laboratoires d’analyses (El Mourouj (Tunis) et Sousse)

Il est prévu que le système d’information sur l’eau COPEAU, soit un des systèmes fédérés dans le Système d’information National sur l’Eau (SINEAU) sous forme d’un portail capable d’intégrer les différents aspects de qualité des eaux permettant de comprendre l’état actuel des ressources en eau, de suivre leurs évolutions et d’aider à la prise de décision pour une gestion intégrée de ces ressources.

3- La surveillance des sols contaminés :

Depuis un peu plus de cinq ans, la Direction du Suivi des milieux a également posé les bases pour le développement d’un réseau de surveillance des sols contaminés avec l’appui d’un expert GIZ/CIM longue durée entre 2009 et 2012 : élaboration d’un manuel de procédures, formation du personnel et acquisition de matériel d’échantillonnage.

Bookmark and Share
© 2016 Agence Nationale de Protection de l'Environnement.Site web devéloppé par MEDIANET